top of page

Carnet de voyage...

Banière.png
  • Edouard & Claire

En plein cliché kazakh

Après avoir découvert le sud-ouest du Kazakhstan, et la magnifique et désolée région du Manguistaou, nous voilà de retour dans ce pays pour parcourir des paysages bien différents...


Le sud du pays, notamment la zone entre Chimkent et Almaty, se compose d'immenses steppes qui rejoignent à leur extrémité sud les contreforts des montagnes du Tian Shan, se dressant telles une muraille, frontière naturelle avec l'Ouzbékistan et le Kirghizistan.

Si ces paysages peuvent être passablement jaunis par le soleil en plein été, à la saison actuelle c'est tout autre chose. Pour l'heure les steppes sont verdoyantes et surtout recouvertes de multitudes de fleurs, formant de véritables patchworks rouges, jaunes, bleu ou mauve. C'est d'une beauté saisissante. De plus, si certaines espèces de fleurs sauvages sont assez classique à observer, le Kazakhstan abrite de très célèbres tulipes sauvages, d'un rouge intense, concurrençant directement les champs de coquelicot. Et en grande adepte des tulipes, pouvoir assister à ce spectacle de la nature est un véritable cadeau...



Pour s'immerger le mieux possible dans ces écrins de nature, nous avons sillonner plusieurs endroits. Le premier arrêt, au parc de Saïram-Ugam, nous emmène directement au pied des montagnes s'élevant à plus de 3000 mètres d'altitude, là où se rejoignent steppes et flancs rocheux abruptes. Ce parc est toutefois assez fréquentés par les locaux, mais celà ne dérange apparemment pas les troupeaux de chamois vivants ici, en train de jouer sur les névets ou encore dévalants les pierriers.


L'étape suivante, et peut-être la plus. représentative de ce tableau printanier selon moi, est le parc d'Aksu-Jabagli. Après autorisation aurpès des rangers de bivouaquer à l'orée du parc, juste avant le panneau d'entrée, nous dénichons un coin sur une colline dominant le canyon qui parcourt le parc. Tout autour de nous, les tulipes flamboient au milieu du vert intense des prairies. Le spectacle est magnifique, réhaussé par un coucher de soleil sans nuages... Les sommets enneigés au loin ajoutent la touche finale au tableau.



La route qui se poursuit jusqu'à Almaty m'offre encore de belles images de camaïeu de jaune, de bleu, de mauve. J'essaye de profiter pleinement de cette chance d'admirer encore de vastes étendues laissées libres d'activités humaines intensives et que la nature magnifie si bien.


Puis dernière étape de ce périple buccolique, les gorges de Turgen. Situées à l'est d'Almaty, au pied des montagnes, elles sont sillonnées par un torrent, au courant encore très important en ce mois de mai.

Avec des températures qui dépassent depuis quelques jours les 25 degrés, la fraîcheur des gorges est fortement appréciable! Nous sommes par ailleurs les seuls touristes à randonner dans ce petit havre de paix, peu d'e visiteurs faisant le détour par ici. Peut-être un petit coin secret à préserver..?


C'est ainsi que notre périple au Kazakhstan touche doucement à sa fin. Ce pays me laisse une très belle impression. Malgré les distances parfois interminables (il est par moment question de jours de trajet et non pas d'heures...) la richesse et la beauté des paysages, sans parler de la gentillesse du peuple kazakh, me laissent un souvenir impérissable.


Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page