top of page

Carnet de voyage...

Banière.png
  • Edouard & Claire

Gaziantep, une plongée dans la gastronomie locale

Une fois n'est pas coutume, nous avons garé notre 4x4 quelques jours pour partir à la découverte de la ville de Gaziantep. J'avais noté que cette ville était particulièrement intéressante à visiter, à la fois par sa position géographique, aux portes du Moyen-Orient mais aussi pour sa renommée culinaire (ville créative de gastronomie UNESCO)! Tout un programme.

Cependant, malgré ses attraits touristiques, c'est essentiellement les turcs qui viennent la visiter. Ceci probablement dû aux alertes des gouvernements concernant la zone, la frontière syrienne étant à 200km environ de là. Au moment où nous y étions cependant, la situation était stable.


La crainte essentielle que j'avais avant de me rendre dans cette ville concernait plutôt les dégâts du tremblement de terre de février 2023. Je me voyais mal débarquer au milieu d'une ville marquée par une telle catastrophe, par respect pour la population locale. Après quelques renseignements, il s'avère que Gaziantep a été relativement épargnée malgré les secousses. Par contre, sur la route pour rejoindre cette agglomération, nous avons traversés quelques villes et villages alentours avec des zones entières effondrées. Quelques camps de réfugiés surveillés par les militaires sont encore dressés... C'était un sentiment très particulier de passer à côté de ça, je me suis sentie très privilégiée...


Une fois en ville, le plus simple pour s'immerger totalement a été de loger dans une guesthouse quelques jours. Celle-ci s'est avérée être une ancienne maison ottomane, que les propriétaires ont entièrement rénovée sur 4 ans! Et Svalbi a été reçu comme un roi, ce qui n'est pas forcément gagné avec un chien de cette taille...

C'est dans cette guesthouse que nous avons commencé notre parcours culinaire avec un petit-déjeuner traditionnel à base de fromage frais pressé, simit, confiture de carottes (il semblerait que cette recette soit aussi retrouvée en Iran), Zaatar dans lequel on vient tremper un morceau de pain préalablement imprégné d'huile d'olive et autres. Et bien évidemment le tout assorti du classique çai, préparé d'une façon bien spécifique (je trouve ça d'ailleurs assez incroyable à quel point d'un pays et d'un continent à l'autre, la préparation du thé peut varier à ce point).




Autres spécialité culinaire incontournable ici, le katmer. Il s'agit d'une préparation sucrée, de la taille d'une grande crêpe, composée d'une pâte très fine et très croustillante fourrée d'une crème à la pistache fondante... Un régal! J'avais déniché l'une des meilleures adresses de la ville, postée juste à côté de l'immense bazar.

J'ai d'ailleurs adoré déambuler dans les allées de ce marché, dont la partie couverte abrite notamment le quartier des épices et le quartier des chaudronniers. Me voilà de suite projettée dans un autre temps, en les regardant marteler le cuivre à la main pour y dessiner toute sorte de motifs... Evidemment c'est les bras chargés de pistaches et de dattes séchées que nous sommes ressortis de ce labyrinthe!


Les autres spécialités locales que nous avons pu goûter étaient toutes aussi appétissantes, bien que le mode de préparation me soit totalement étranger notamment le beyran (soupe typique assez épicée) ou le yuvalama (soupe servie pour les fêtes).


Petite excursion réussie donc, entre spécialités locales mais aussi ambiance particulière de cette ville au carrefour des civilisations.

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page