top of page

Carnet de voyage...

Banière.png
  • Edouard & Claire

La concession de Palmwag, road-trip hors sentiers battus

Quand je me projette pour nos voyages, je lis énormément de guides ou de blogs. Je vais bien sûr noter quelques endroits phares, incontournables, mais je vais aussi chercher les lieux un peu moins courus, en particuliers ceux qui sont mentionnés comme "très beau mais permis à demander pour y accéder" ou encore "demande un certain niveau d'autonomie"... Voilà c'est ce genre de phrases qui va me mettre la puce à l'oreille et où je vais chercher tous les renseignements possibles concernant ces lieux.

La concession de Palmwag en fait typiquement partie. Après quelques infos glanées sur internet et sur l'application ioverlander, nous voilà en route. Permis récupéré en quelques minutes à l'office attenant pour 3 jours et 2 nuits dans cette concession...


Nous roulons d'abord dans un paysage aride de roche rouge, entrecoupé de collines noires dues à de la roche basaltique. Nous passons plusieurs heures dans cette ambiance, avec parfois une vue plongeante sur un canyon asséché mais parcouru de végétation assez rase venant contraster avec le rouge alentour. Ici, malgré la rudesse de l'habitat, on peut croiser des éléphants déserticoles, des oryx, des springboks, des léopards, des girafes... En cette première journée sur les pistes, nous croiserons des girafes et des autruches essentiellement.





Puis vient le temps de poser le premier bivouac, au camp 3 d'après la carte fournie à l'entrée (aucun campsite n'est aménagé ici, ils sont simplement marqués d'une pierre), au pied de quelques arbres nous apportant un peu d'ombre. L'occasion de sortir le hamac de voyage! Devant le 4x4, une vaste plaine et des collines au loin, paysage offrant un somptueux coucher puis lever de soleil...










Le 2ème jour le paysage se transforme un peu et me donne l'impression d'avoir atterri sur mars. Le rouge prend peu à peu toute la place, jusqu'à un immense plateau dont seuls quelques sommets au loin me font deviner la fin. Sur les côtés, cet espace me semble infini, quelques mirages d'eau apparaissent même sous l'effet de la chaleur.

Arrivés au pied des collines qui apparaissaient au loin, nouveau changement d'ambiance puisque la piste sillonne maintenant un lit de rivière asséché, apportant quelques buissons et arbres. Quelques springboks, autruches et oryx semblent profiter de cette zone moins aride.

Nous posons le bivouac au camp 7, non loin du lit de la rivière et toujours seuls au monde.


Pour le dernier jour sur les pistes, la trace remonte le cours de la rivière Hoanib, également à sec en ce début de saison (heureusement d'ailleurs, sinon ce n'est plus le même style d'expédition!). Le sable se fait plus dense sous les roues, la végétation reprend de la place et les traces de passage d'éléphants déserticoles sont très nombreuses. Pas de chance pour nous cette fois car nous n'arriverons pas à les voir mais ma déception sera vite oubliée car nous en croiserons un troupeau le lendemain en quittant la région!





Après 3 jours de pistes dans cette concession, je peux dire que ce fut un vrai coup de coeur pour moi en Namibie! Et encore une fois, chercher des coins hors sentiers battus aura été payant.

Posts récents

Voir tout

Commenti


bottom of page